Lorsqu’il s’agit d’installer des caméras, il faut penser au filage, et les édifices qui n’ont pas été conçus pour permettre le passage de fils, posent des défis de taille pour l’installateur. Le marché offre donc une grande gamme de caméras dites « sans-fil ». La réalité est bien décevante par rapport aux promesses :

  • Une caméra doit habituellement être reliée à 2 fils : UN pour la transmission VIDÉO et l’autre pour l’alimentation électrique.
  • Les caméras dites « sans-fil » requièrent au moins un fil d’alimentation électrique ou des batteries qui dureront peu de temps, plutôt des heures que des jours.
  • Le protocole de transmission VIDÉO est très important,
    • Les moins bons systèmes utilisent des émetteurs et receveurs de piètre qualité et les images transmises sont toujours déformées à moins que les composantes soient très rapprochées.
    • Les systèmes utilisant les technologies informatiques (TCP/IP) sont plus fiables mais on les mêmes limitations qu’un réseau informatique sans-fil, les distances et la quantité de murs ou d’obstacles affectent la fiabilité.
    • Certains systèmes industriels, impliquant des installations d’antennes et d’équipements sophistiqués sont fiables mais beaucoup plus dispendieux.

À notre avis, si la vidéosurveillance est utilisée comme élément de sécurité, les caméras sans-fil sont à éviter à moins d’avoir un budget de plusieurs milliers de dollars par caméra.